Les nouvelles pratiques commerciales des cabinets dentaires hongrois?


Des consultations express le week-end à proximité des patients

Besoin d’un devis pour refaire vos dents ? Aucun souci, il vous suffira de prendre rendez-vous avec votre dentiste hongrois pour une visite médicale durant le week-end. Le praticien n’ayant pas le droit d’exercer en France, il loue un local à la frontière française, en Suisse ou en Belgique. Ainsi, il peut examiner votre bouche, procéder à un acte médical pour affiner son devis, et utiliser du matériel spécialisé pour s’assurer de l’opération à mener. En tant que client, vous n’avez plus à prendre l’avion pour vous rendre à Budapest et obtenir un devis définitif sur place. Quelques heures de routes, et vous pourrez consulter le médecin qui vient pratiquement à vous. C’est donc une grosse économie, et une forte réduction de la prise de risque de la part du patient. Quant au dentiste, c’est pour lui l’opportunité d’étendre significativement sa zone d’achalandage et de pouvoir faire venir plus de clients à Budapest.

Les autres avantages de ces nouvelles méthodes commerciales ? Le suivi !

Avoir son dentiste hongrois qui se rend à la frontière française régulièrement en week-end, cela représente un autre avantage non négligeable pour ceux qui rentrent d’opération en Hongrie… Le suivi. Souvent décrié par les dentistes français comme le talon d’Achille des soins à l’étranger, le suivi ne sera pas un problème si vous pouvez consulter votre médecin plus facilement en cas de problème consécutif à une opération dentaire. Pour ceux qui consultent un médecin faisant le voyage très régulièrement, ils pourraient même peut-être réduire la durée de leur séjour en Hongrie pour les soins légers. Ce qui rendrait la concurrence Hongroise encore plus féroce pour les dentistes français, et plus attractive pour les consommateurs.

Attention aux fraudeurs, pas de consultation hongroise sur le sol français !

Toutefois, il faut rester prudent. Si un dentiste hongrois vous propose une consultation, même rapide sur le sol français. Ou si un cabinet français vous envoie en Hongrie… Cela est strictement interdit par la loi française et ces cabinets risquent d’être radiés. Soyez donc vigilants et profitez des consultations de proximité des cabinets éphémères qui viennent s’installer au bord de la frontière française en Suisse ou en Belgique. Afin de vous assurer de la qualité du cabinet, vérifiez ses avis sur internet, et n’hésitez pas à faire appel aux services de Kelclinic.com qui va chercher les devis pour vous gratuitement auprès de cliniques dont la réputation a été vérifiée de manière indépendante.

Ce que TF1 ne vous dit pas sur les cliniques dentaires


Les bonnes mutuelles prennent en charge les implants dentaires (et la sécu aussi)

Marie-Ange nous précisait qu’elle a une très bonne mutuelle mais qu’elle ne prend pas en charge les implants dentaires… Sa mutuelle n’est pas adaptée à ses besoins, de nombreuses mutuelles prennent en charge la pose d’implants dentaires en France, et ces même mutuelles vous rembourseront encore mieux les frais si vous vous faîtes soigner en Hongrie. Et la sécurité sociale et les mutuelles préfèrent que vous receviez des soins moins chers, car la base de remboursement leur permet aussi de réaliser des économies.

Consultation et chirurgie à la suite… C’est rare !

Il est rare que le praticien vous prenne en charge tout de suite après la première consultation. La première étape consiste à vous fournir un devis, que vous devrez accepter. Les dentistes peuvent vous fournir des approximations de tarifs lorsque la consultation est à distance, mais pas de devis officiels tant que vous n’êtes pas sur place dans leur cabinet. La plupart vous fourniront un devis sur place qui correspond aux frais annoncés au départ et adaptés selon votre cas bien particulier. Une fois le devis accepté, le praticien commencera les opérations, mais celles-ci se dérouleront sur plusieurs jours. Notamment, le temps de créer les implants adaptés à votre bouche. Donc pas de panique, vous n’allez pas entrer dans un cabinet inconnu pour recevoir une chirurgie immédiate.

Les médecins sont francophones et formés en France

TF1 nous précise que Marie-Ange rencontre un médecin francophone, ils omettent de préciser que ce médecin a certainement été formé en France. De nombreux dentistes hongrois sont formés en France ou en Allemagne, d’où leurs aptitudes linguistiques, et leur excellent niveau de compétence. Il n’y a aucune distinction entre les dentistes hongrois et les dentistes français en termes de formation.

Les problèmes au retour sont faibles

Les dentistes français mettent en garde contre les problèmes au retour dans le reportage. Ils ont raison, si vous avez un problème, votre dentiste hongrois se trouve à des milliers de kilomètres et ne pourra pas intervenir rapidement. Mais souvenez-vous que les problèmes et les échecs de poses d’implants dentaires sont rares en France, comme en Hongrie.

Les praticiens hongrois font du suivi

En outre, contrairement à ce que laisse entendre le reportage, les dentistes hongrois effectue un important suivie de leur clientèle. D’une part, ils demandent à ce que le patient reste à proximité souvent les quinze premiers jours suivant l’opération, afin de gérer des problèmes de cicatrisation ou d’abcès qui sont les plus courants. Mais aussi pour détecter et prévenir tout autre problème avant de rentrer en France. Egalement, ils demanderont certainement au patient de revenir en Hongrie pour effectuer un suivi de la pose des implants dentaires, et vérifier que la prise de l’implant dans l’os de la mâchoire se soit effectuée correctement.

Le reportage contenait essentiellement des vérités, comme la réduction des coûts pour les patients venant à Budapest, l’opportunité de mêler voyage et soins, et d’en profiter comme un vrai touriste. Ainsi que les services se multipliant pour choisir le dentiste ou le forfait voyage qui convient. Dans tous les cas, nous vous recommandons de faire appel aux services de Kelclinic.com. Ils vous donneront accès à des avis de patients vérifiés pour que vous fassiez votre choix de service en toute transparence.

Sources :

http://lci.tf1.fr/science/sante/des-francais-seduits-par-le-tourisme-dentaire-en-hongrie-8725356.html

Antidépresseurs et implants dentaires? Une combinaison à risques?


Quelques chiffres qui soulignent un risque potentiel pour la pose d’implants dentaires

Parmi ceux dont les implants ont échoué, 33% utilisaient des antidépresseurs. Parmi ceux dont les implants ont réussi, 11% utilisaient des antidépresseurs. L’écart est suffisamment significatif pour que les chercheurs considèrent qu’un risque est réel pour le succès de la pose d’implants si le patient prend des antidépresseurs.

Mais d’où viennent les problèmes des antidépresseurs pour les implants dentaires ?

Les antidépresseurs ont des effets secondaires connus, mais qui n’avaient pas encore été relié à l’acte médical des implants dentaires. Ces effets secondaires peuvent être une réduction de la capacité du métabolisme des os à se réguler correctement par exemple. Or les os ont besoin de se régénérer correctement après la pose d’un implant. L’implant dentaire se plaçant directement dans l’os de la mâchoire. Le tissu osseux doit se reformer et se solidifier autour de lui pour que l’implant soit fixe à l’avenir comme la racine d’une dent.

La sècheresse buccale peut également survenir à cause des antidépresseurs, d’où un risque d’infection plus important suite à la pose d’un implant. L’ostéoporose est un autre effet secondaire connu des antidépresseurs pouvant nuire à la bonne guérison après la pose des implants. L’ostéoporose est une détérioration du tissu osseux qui devient alors plus fragile. Cette fragilité empêche l’implant de prendre solidement dans la mâchoire, et de tenir à long terme.

Quels sont les antidépresseurs reconnus à risque pour la pose d’implants dentaires ?

La liste déjà longue et non-exhaustive, elle inclut le Prozac, Deroxat, Divarius, Paxil, zoloft, Seropram, Celexa, Seroplex, Ciraplex, Lexapro, Priligy et le Floxyfral. Toutefois quelque soit l’antidépresseur que vous prenez, il faudra demander l’avis de votre médecin pour évaluer les risques qu’il représente.

Que faire pour prévenir d’un problème lié aux antidépresseurs si je dois poser des implants ?

Parlez-en à votre médecin généraliste, échangez sur votre projet de poser des implants dentaires. Votre médecin pourrait revoir votre traitement afin d’accroitre les chances de succès de la pose de vos implants dentaires ou au contraire vous déconseiller l’opération après avoir évalué avec vous les risques. Même si vous prenez des antidépresseurs, le taux de succès est relativement élevé, mais chez Kelclinic.com, nous préférons que vous mettiez toutes les chances de votre côté.

Demandez aussi l’avis du dentiste qui va vous soigner. Les études sont récentes et portent sur des échantillons relativement faibles (deux fois 500 personnes) comparativement au nombre de personnes posant des implants dentaires chaque année. Le dentiste vous donnera alors une opinion issue de son expérience terrain et de ses connaissances médicales. Rappelez-vous qu’il n’a pas intérêt à procéder à l’opération si celle-ci échoue. C’est pourquoi lui aussi, souhaite mettre toutes les chances d’une opération à succès de son côté. Par conséquent, s’il juge que l’opération ne comportera pas plus de risque que pour un autre patient, c’est certainement vrai.

En cas de doutes, demandez l’avis à deux ou trois médecins en cas de désaccords entre les deux premiers médecins. A la fin, la décision de poser des implants dentaires reste la vôtre. Et les taux de succès, que vous preniez des antidépresseurs ou non, restent bons.

    Les sources de cet article:

  1. L’étude de l’université Mc Gill, Canada
  2. L’étude de l’université de Buffalo, USA
  3. Journal of Dental Research
  4. American Association for Dental Research